Journée d’étude « History before Memory »

La journée d’étude « History before memory », qui s’est déroulée sur une journée et demi les 6 et 7 juin 2013, a été organisée à l’EHESS conjointement par Judith Lyon-Caen, du GRIHL (CRH), Judith Lindenberg, dans le cadre de l’ANR POLY, également membre du GRIHL, et Pawel Rodak, de l’Université de Varsovie. Ces journées ont eu pour objet les premières tentatives d’écriture et de publication de l’histoire après la catastrophe – qu’on n’appelait pas encore Shoah mais Hurbn en yiddish – par les survivants juifs polonais, entre la Pologne où certains sont demeurés un temps et différents lieux d’exil, l’Allemagne et la France notamment, mais aussi l’Argentine.

Après une brève introduction de Judith Lyon-Caen, la journée a été ouverte par Christian Jouhaud, directeur du GRIHL, avec une réflexion sur l’écriture de l’histoire au cœur de l’événement. Le travail sur la même problématique en d’autres temps et d’autres lieux (Ch. Jouhaud, D. Ribard, N. Shapira, Histoire littérature témoignage, Gallimard, 2009) permet un regard surplombant. L’écriture sur le passé proche enjoint à tenir ensemble l’approche documentaire et l’approche littéraire. Faire cette histoire est aussi faire l’histoire des écrits dans l’action, qui témoignent d’événements mais aussi de pratiques d’écritures.

Dans la première intervention de la session consacrée à Varsovie au sortir de la guerre, Samuel Kassow (professeur invité à l’EHESS), à propos des Mémoires de Rachel Auerbach, a montré comment pour certains intellectuels et historiens juifs la guerre a été un moment de prise de conscience de la valeur des masses juives. Il a mis en exergue à travers ce cas les différentes visions de l’histoire de la catastrophe qui ont prévalues dans l’immédiat après-guerre, entre l’Europe et Israël notamment, où R. Auerbach a émigré.

Piotr Weiser est revenu sur la fondation de la Commission Centrale Historique Juive en Pologne, en montrant justement qu’il n’y avait pas eu d’acte fondateur ; il a insisté sur la personnalité de Bernard Mark, le premier directeur de l’Institut Historique Juif (ZIH) qui a succédé à la Commission.

Martina Rusiniak a mis en évidence le cas particulier de la Commission Historique du Bund, qui fut également fondée en 1944, séparément de la Commission Centrale Historique Juive en Pologne après la guerre. D’abord à Czestochova elle s’est ensuite installée à Varsovie. La documentation était considérée comme une mission nationale pour le Bund, et comme une extension de sa politique.

L’après-midi a été partagée en deux sessions : une première session consacrée à deux figures d’historiens juifs polonais après-guerre, Jospeh Wulf et Simon Datner, et une seconde consacrée à deux lieux de publications, les landmanshaftn à Paris et la collection « Dos poylishe yidntum » à Buenos Aires.

Joseph Wulf (Klaus Kempter) s’est d’abord installé à Paris où il a fondé avec Michel Borwicz (auquel la session du vendredi matin a été consacrée) la Société d’Histoire des Juifs de Pologne, puis après s’être brouillé avec ce dernier, il a émigré en Allemagne en 1949.

Simon Datner (Katrin Stoll) est l’un des seuls à être resté en Pologne de manière durable, où il a enseigné l’hébreu dans une école russe et a écrit sur l’histoire des Juifs de Bialystok où il avait passé la guerre.

À travers l’étude des Yizker Bikher publiés par les landmanshaftn à Paris après-guerre, Audrey Kichelewski, après avoir retracé la genèse, a tenté d’en distinguer l’approche méthodologique.

Dans la collection « Dos poylishe yidntum » à Buenos Aires, publiée à Buenos Aires de 1946 à 1966, Judith Lindenberg a relevé, parmi les premières publications, concernant la catastrophe, celle qui n’émanaient pas de travaux de la Commission Centrale Historique Juive mais relevait d’initiatives indépendantes, présentant, à travers des configurations diverses, à la fois une proximité avec les événements racontés, et un rapport aux écritures historiques et testimoniales différent de ceux qui prévalent désormais.

La demi-journée du vendredi matin a été entièrement consacrée à au parcours et aux écrits de Michel Borwicz, à travers trois interventions.

Agniewska Zolkiewska s’est intéressé au Borwicz « polonais », avant et pendant la guerre.

Judith Lyon-Caen a développé la méthode d’écriture de l’histoire de Borwicz, de sa formation littéraire et sociologique en Pologne à son devenir historien, en France après la guerre.

Pawel Rodak, en étudiant la collaboration de Borwicz avec Kultura, a parlé de ses relations avec d’autres intellectuels juifs polonais et est revenu sur la brouille entre Borwicz et Wulf.

En conclusion de ces travaux, Annette Wieviorka est revenue sur cette génération d’historiens juifs polonais et a insisté sur l’ancrage politique et particulièrement marxiste qui polarisait les tensions dans ses années là et doit être pris en compte dans une reconstitution de leur histoire et de celle de leurs écrits.

La journée s’est conclue par une visite du site de Kultura, lieu de production de la revue du même nom depuis 1947 et centre des intellectuels polonais en France, devenu centre d’archives, à Maison Laffitte.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *