50 ans après, pourquoi relire la collection « Dos poylishe yidntum » ?

S’atteler à l’étude d’une collection oubliée, publiée il y a un demi-siècle de cela dans une langue qui n’est plus désormais pratiquée que par une poignée d’irréductibles : voilà un projet qui peut à première vue sembler très confidentiel, voire un peu poussiéreux, en tout cas peu susceptible d’intéresser les non-initiés.

À première vue seulement.

Car pour le groupe de dix chercheurs que nous sommes, plongés depuis un an et demi dans l’étude de ces ouvrages (de manière continue pour certains et plus intermittente pour d’autres), il apparaît comme évident qu’une partie d’entre eux tout au moins gagnerait à être connue d’un public plus large, et que l’existence même de cette collection, si elle était mieux prise en compte, pourrait contribuer à approfondir ou à affiner des domaines actuellement très prisés par la recherche universitaire. La connaissance de la collection « Dos poylishe yidntum » et, plus généralement, des productions écrites en yiddish qui ont continué à circuler dans les décennies suivant la Seconde Guerre mondiale, pourrait éclairer une étape souvent négligée de l’évolution des modes d’écritures et des frontières génériques et, surtout, de la constitution d’un discours testimonial, historique et littéraire autour de ce qu’on n’appelait pas encore alors la Shoah.

Au-delà de la manière dont la circulation d’ouvrages destinés à un public yiddishophone a pu travailler, de manière sous-jacente et souvent inaperçue, l’histoire des idées, la collection questionne également l’existence diasporique du judaïsme polonais et la manière dont celui-ci a pu se construire une conscience de soi en dehors des frontières, par ailleurs longtemps mouvantes, du territoire polonais. Il est vrai que ce phénomène commence bien avant la Seconde Guerre mondiale, avec les grandes vagues de migration qui s’échelonnent à partir de la fin du XIXe siècle, mais il apparaît d’autant plus exacerbé après 1945, puis après la création de l’État d’Israël en 1948, époque où le maintien de la notion de « judaïsme polonais » et le choix d’écrire en yiddish acquièrent une autre dimension et de nouveaux enjeux. En cela, la redécouverte des ouvrages de « Dos poylishe yidntum », collection publiée à Buenos Aires par Mark Turkow entre 1946 et 1966, mais diffusée et lue aux quatre coins du monde juif d’Europe, d’Israël et des deux Amériques, est susceptible d’intéresser de manière plus directe les spécialistes de l’histoire juive.

Au fil des billets à venir, nous espérons cependant donner un aperçu des différents aspects de la collection et partager des réflexions utiles à tous ceux qui s’interrogent sur l’histoire du XXe siècle et sur la manière dont elle a marqué l’Europe et le monde occidental, aussi bien du point de vue événementiel que de l’évolution des narrations et des modes de dire.

L’équipe du projet


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *