Histoire des écritures de témoignage dans le monde judéo-polonais au XXe siècle

Histoire des écritures de témoignage dans le monde judéo-polonais au XXe siècle

Judith Lindenberg et Judith Lyon-Caen

EHESS

2e et 4e vendredis du mois de 11 h à 13 h (salle 11, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 14 novembre 2014 au 12 juin 2015

Ce séminaire s’intéresse aux pratiques et aux formes de l’écriture de témoignage telles qu’elles sont apparues au lendemain de la Seconde guerre mondiale chez les survivants du monde judéo-polonais anéanti par la Catastrophe – qu’on n’appelait pas encore Shoah. Tout en cherchant à présenter la variété des travaux actuels sur ces témoignages, on souhaite promouvoir une approche historique de ces écrits, qui ne les envisage pas seulement comme des sources, mais comme des événements de leur temps.

De langue majoritairement yiddish, mais aussi d’autres langues autochtones (polonais, russe), ou plus tardivement de la langue de leur pays d’émigration, les auteurs de ces écrits, tout en s’appuyant sur des compétences littéraires et historiographiques forgées dans la Pologne juive d’avant-guerre, ont élaboré des formes inédites pour dire, raconter, figurer la Catastrophe. On s’interrogera tout d’abord sur les origines de ces pratiques d’écriture et d’archive, en s’intéressant à la fois à l’histoire des savoirs ethnographiques dans l’Europe de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle, et à la naissance d’une littérature et d’une histoire juives sécularisées (YIVO).

Ecrits au cœur de la Catastrophe ou juste après, les témoignages du monde judéo polonais déclinent une multitude d’expériences (dans les camps, les ghettos, la clandestinité, la résistance) selon une variété de registres et de formes (documentaire, fictionnelle, poétique), qui sont fortement liés aux pratiques de l’écrit dans le temps de la guerre – poèmes, journaux, notes, et entreprises collectives, comme les archives des ghettos. On tentera d’éclairer les contextes fortement politisés de la production et de la publication de ces écrits, ainsi que d’apprécier les modalités de l’effacement de ces contextes, pendant la guerre froide, et au delà.

En remontant le fil du « témoignage de la Shoah » désormais constitué en genre, voire en institution, ce séminaire veut mettre en lumière tout un pan longtemps laissé dans l’ombre de l’histoire du témoignage et contribuer aussi bien à l’histoire de l’historiographie de la Shoah qu’à un questionnement sur les liens entre histoire et littérature.

Ce séminaire est ouvert aux chercheurs de tous niveaux et validable par les étudiants de M1 et de M2. Pour les modalités de validation, contacter Judith Lyon-Caen : jlc@ehess.fr

 

 

Programme

 

  1. 14 novembre 2014 : Introduction

 

  1. 28 novembre: Approches du témoignage de la Shoah (Judith Lyon-Caen)

 

  1. 12 décembre : « Small acts of repair. The Unclaimed Legacy of Transnistria » – « Petits actes de réparation. L’héritage non réclamé de Transnistrie »,  (Marianne Hirsch et Leo Spitzer, Columbia University)

 

  1. 9 janvier 2015 : Le « monde d’hier », 1. Le « monde d’hier » et son étude : pratiques de collecte et ethnographie juive-russe dans l’empire russe (fin XIXe – début XXe siècle) (Claire Le Foll, Université de Southampton)

 

  1. 23 janvier : Le « monde d’hier », 2. Folklore et roman (Judith Lindenberg et Judith Lyon-Caen)

 

  1. 13 février : « Dans les yeux d’une petite fille de douze ans », le journal de Janina Hescheles, écriture et publications, 1943-2014  (Judith Lindenberg, Judith Lyon-Caen et Livia Parnès).

 

  1. 27 février : Monuments de papier pour la judéité polonaise : les collections d’après-guerre (Judith Lindenberg)

 

  1. 13 mars : L’éclatement de la Pologne juive : le cas Rochmann (Audrey Kichelewski, Université de Strasbourg)

 

  1. 27 mars : Institutions de savoir et de mémoire : le cas parisien après-guerre  (Simon Perego, Sciences-Po Paris)

 

10. 10 mars : L’étrange monsieur Borwicz. (Judith Lyon-Caen)

 

11. 22 mai : Côté soviétique : les témoignages des survivants de la Shoah, de la libération à nos jours (Nathalie Moine, CNRS – CERCEC)

 

12. 12 juin : Emergences historiographiques (Judith Lindenberg)

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *