Les illustrations de couverture de Dos poylishe yidntum

Au cours des dernières années, les matériaux visuels sont devenus une source d’informations de plus en plus exploitée dans les sciences sociales en général et notamment dans l’histoire. Les illustrations des couvertures de Dos poylishe yidntum ne font pas exception. Elles constituent un véritable trésor permettant aux chercheurs d’approcher les premières représentations de la Shoah au sein de la diaspora yiddishophone d’après-guerre.

Dans mon premier travail sur cette riche collection dirigée par Mark Turkow[i], j’ai souligné l’importance des paratextes[ii] en tant qu’éléments inséparables de la signification du texte des différents volumes. En effet, les prologues, la reliure, les couvertures, les titres, les dédicaces, l’information éditoriale et le catalogue dans sa totalité ont tous laissé leur empreinte dans les livres. Ces traces deviennent d’indispensables indices au moment où nous tentons de reconstruire l’univers de sens dans lequel les livres ont été produits et ont circulé.

Commençons par le support matériel des images. Chacun des livres fit l’objet de deux éditions : une à couverture rigide noire avec jaquette séparable, et une autre à couverture souple qui reproduisait l’illustration de la jaquette. On comprend aisément que les exemplaires à couverture rigide, imprimés en plus grand nombre et donc mieux connus cinquante années plus tard, nous soient rarement parvenus avec leurs fragiles jaquettes illustrées. La reliure noire que nous voyons le plus souvent aujourd´hui, et qui est devenue le trait esthétique plus caractéristique de la collection, n’est donc pas un reflet tout à fait fidèle de l’aspect original des livres. Au contraire, chacun des 175 volumes proposait un dessin unique sur sa couverture.

Ici, j’esquisserai quelques critères permettant d’aborder ces images.

La personne même de l’illustrateur et son contexte

Qu’est-ce que ces couvertures nous révèlent concernant le champ éditorial yiddish dans le Buenos Aires de cette époque-là ? D’abord, elles renvoient à l’existence d’une figure qui fait partie du processus éditorial, et qui est habituellement oubliée : l’illustrateur.

La majorité des dessins de Dos poylishe yidntum sont des paratextes originaux, ce qui veut dire qu’ils étaient élaborés spécialement pour ces livres et n’existaient donc pas auparavant. Ce trait leur donne une « vie » propre et nous invite à réfléchir à l’univers d’éditeurs, auteurs, lecteurs, imprimeurs, artistes et autres acteurs sociaux qui faisaient partie du monde de la production et de la circulation du livre yiddish à Buenos Aires à cette époque-là. [iii]

L’identité de l’illustrateur, dont le travail est plus proche de celui de l’imprimeur que de l’éditeur, n’était évidemment pas considérée comme une information importante. Dans la majorité des cas on ne parvient pas à connaître le nom réel de l’artiste, mais seulement son pseudonyme, discrètement inscrit à l’intérieur de l’illustration. Tel est le paradoxe : la face la plus visible de la collection a été créée par des acteurs sociaux invisibles au sein du champ éditorial.

L’examen de ces signatures permet donc de restituer une certaine visibilité à ces acteurs cachés. Le principal illustrateur de la collection (en prenant comme critère le nombre de couvertures produites) s’avère être un artiste qui avait pour pseudonyme «Granat». Entre 1946 et 1951, Granat (dont le vrai nom était probablement Granatur) a illustré quarante-deux couvertures, ce qui représente environ la moitié des livres parus pendant cette période. On ne connaît pas la raison de l’interruption de son activité pour Dos poylishe yidntum. Mais j’ai prêté une attention soutenue aux couvertures qu’il dessina, car elles me semblent de loin les plus intéressantes du corpus.

Il est particulièrement difficile de reconstruire les trajectoires des illustrateurs. L’information fragmentaire que j’ai pu rassembler avec l’aide d’Avraham Nowersztern, professeur de yiddish à l’Université Hébraïque de Jérusalem et originaire de Buenos Aires, révèle que les illustrateurs étaient des immigrés de Pologne résidant dans cette ville et participant du même univers culturel que les éditeurs, auteurs et lecteurs de la diaspora yiddishophone.

La présence, après la Deuxième guerre mondiale, d’illustrateurs juifs à Buenos Aires n’est pas anodine. Elle nous parle des conditions de production éditoriale, et des ressources matérielles et humaines, qui concoururent à rendre possible l’existence de maisons d’édition en yiddish, à cette époque et en ce lieu.

L’articulation des paratextes : images et prologues

Quelle est la relation entre le contenu des prologues (écrits par les éditeurs et les auteurs) et le message visuel des couvertures ? Dans mon travail déjà cité, « Un catalogue à la mémoire du judaïsme polonais », je soutiens que les images reflètent une certaine transformation du « ton » de ces introductions aux livres.

Fride Zerubovl, "Na venad", n. 19
F. Zerubovl, « Na venad »
n. 19

Jusqu’en 1948-49 prédomine dans les prologues un ton de colère et même de vengeance. On trouve de même dans cette période des images véhiculant un message parfois frappant et direct (par exemple, dans les volumes 1, 8, 17 et 19). Certes, ce constat ne saurait s’appliquer à la totalité des couvertures. On ne s’intéresse pas ici à de pures informations statistiques mais à des interprétations plausibles.

Kh. Shoshkes, "A velt vos iz farbay", n. 45
Kh. Shoshkes, « A velt vos iz farbay », n. 45

Après cette première période on perçoit une transformation du ton des prologues, qui devient plus nostalgique par rapport au monde englouti des Juifs de Pologne. Aussi plusieurs illustrations transmettent-elles une certaine mélancolie. On trouve des images qui mettent en scène la perte et la nostalgie à travers différents symboles : du feuillage suspendu en l’air, des villes détruites, des objets rituels (voir, par exemple, les volumes 45, 71, 73 et 81).

 Finalement, à partir des années cinquante le ton des prologues devient plus contemplatif et invite à tirer une leçon édifiante pour l’avenir. Dans cette période tardive, on trouve sur les couvertures des représentations plus abstraites qui évoquent un état d’esprit apaisé, favorisant la pensée et le recueillement (voir, par exemple, les volumes 133, 137, 146, et 152).

Les illustrations et la représentation du temps passé

Comment le temps est-il représenté dans ces images ? Dans mon travail « Illustrer la mémoire » [iv], j’ai proposé d’y voir un ensemble qui pourrait être compris comme des récits en code visuel, comme des vignettes. Cet ensemble d’images condenserait donc l’histoire des Juifs en Pologne avant, pendant et après la Deuxième guerre mondiale. À travers une articulation de signes iconiques, symboliques et linguistiques, ces images sont productrices de sens en relation au temps.

A. Teytlboym, « Varshever heyf »
n. 23

La temporalité de l’histoire s’associe aux lieux, tels que les « villes juives » d’avant-guerre comme Vilna (vol. 78), Varsovie (vol. 23), Lublin (vol. 11), Lodz (vol. 79). Dans la même tonalité apparaissent des personnages typiques de ce monde du passé, tels que le père et l’enfant au retour de la synagogue (vol. 33) et les hommes âgés sur fond de petits villages (vol. 114).

Quelques personnages et objets évoquent les années noires de l’occupation allemande : des personnes expulsées de leur foyer (vol. 19), des partisans (vol. 18), des barbelés (vol. 3), un fouet dans un camp de concentration (vol. 20), des papiers « aryens » (vols. 105-107), des objets rituels profanés (vol. 6 et 46). Quelques images montrent des épisodes historiques concrets comme le voyage du bateau Exodus (vol. 28), les murs ensanglantés du ghetto de Varsovie pendant la révolte (vol. 15), les réfugiés revenant d´Union Soviétique en 1946 (vol. 8).

Couv Partizaner geyen
Sh. Katsherginski, « Partizaner geyen »
n. 18

Cet ensemble d’illustrations relate l’histoire des Juifs en Pologne de façon simplifiée, nullement structurée ou ordonnée. Justement, les lecteurs n’avaient pas besoin de tels repères, car ils étaient bien familiers des lieux, objets, événements et personnages représentés et pouvaient aisément remettre chaque élément à sa place. Pour eux, ces images étaient dotées d´une dénotation et une connotation beaucoup plus évidentes que pour nous. Au cours de cet après-guerre, alors que ces livres circulaient, le « judaïsme polonais » évoqué dans le titre de la collection était encore une communauté vivante, malgré la destruction. La dernière génération de Juifs nés en Europe de l’Est était précisément les lecteurs de ces livres. Éparpillés aux quatre coins du monde, ils partageaient la connaissance d’un passé collectif.

On pourrait en tirer encore une conclusion d’autant plus intéressante qu’elle contredit un élément du sens commun de notre temps. Les illustrations montrent que pour les Juifs de Pologne la destruction nazie n’était pas un événement irreprésentable ou situé hors de l’histoire, mais un épisode tragique dans la longue histoire du judaïsme polonais.

J’ai suggéré ici quelques lignes d’approche à un matériel passionnant, sans prétendre à la moindre exhaustivité. Au contraire, ces illustrations recèlent encore beaucoup d’éléments pouvant nous éclairer sur le passé et la culture des Juifs de Pologne, à condition que nous soyons capables de leur poser des questions nouvelles et originales.

***

L’auteur de cet article, Malena Chinski est doctorante en Sciences Sociales à l’Université Nationale du Général Sarmiento et l’Institut de Développement Économique et Sociale (IDES). Elle fait partie du groupe d’études juives de l’IDES. Ses recherches portent sur la réception et la commémoration de la Shoah au sein de la communauté juive à Buenos Aires dans l’après-guerre. La rédaction du carnet Et le monde écrivait la remercie chaleureusement pour sa précieuse participation à notre travail collectif sur la collection « Dos poylishe yidntum ».

La rédaction remercie également la Bibliothèque Medem pour les illustrations qu’elle a bien voulu nous fournir.


[i] Malena Chinski, “Un catálogo en memoria del judaísmo polaco. La colección Dos poylishe yidntum, Buenos Aires, 1946-1966” [Un catalogue à la mémoire du judaïsme polonais. La collection Dos poylishe yidntum, Buenos Aires, 1946-1966], dans E.  Kahan, L. Schenquer, D. Setton et A. Dujovne (dir.), Marginados y consagrados. Nuevos estudios sobre la vida judía en Argentina [Marginalisés et consacrés. Nouvelles études sir la vie juive en Argentine], Buenos Aires, Lumiere, 2011, pp. 213-238.

[ii] La notion de “paratexte” est empruntée à Gérard Genette, Seuils, Paris, Seuil, 2002.

[iii] La sociologie de la production éditoriale juive en Argentine a été analysée par Alejandro Dujovne dans sa thèse de doctorat : “Impresiones del judaísmo. Una sociología histórica de la producción y circulación transnacional del libro en el colectivo social judío de Buenos Aires, 1919-1979” [Impressions du judaïsme. Une sociologie historique de la production et circulation transnationale du livre dans le collectif social juif de Buenos Aires, 1919-1979], Université Nationale du Général Sarmiento / IDES, 2010 (inédit).

[iv] Malena Chinski, “Ilustrar la memoria: las imágenes de tapa de la colección Dos poylishe yidntum (El judaísmo polaco), Buenos Aires, 1946-1966” [Illustrer la mémoire: les images de couverture de la collection Dos poylishe yidntum (Le judaïsme polonais), Buenos Aires, 1946-1966], dans Estudios Interdisciplinarios de América Latina y el Caribe, Vol. 23 – N°1 (Dossier: Contra la corriente: nuevos estudios sobre los latinoamericanos judíos [À contre-courant : nouvelles études sur les Latinoaméricains juifs]), 2012, pp. 11-33. Accessible à ˂http://www1.tau.ac.il/eial/images/v23n1/chinski-v23n1.pdf˃.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *